Archive | Trucs et astuces

Bien gérer ses mots de passe (vidéo)

succo / Pixabay

Le sujet est omniprésent. Les médias en parlent souvent, les sites spécialisés en parlent souvent, nous vous le rappelons souvent. Pourtant, il faut toujours sans cesse le répéter. « Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage… » disait Boileau. Alors, allons-y une autre fois. Tous les utilisateurs d’internet doivent impérativement apprendre à bien gérer leurs mots de passe. Les travailleurs autonomes, dont une grande partie de leur vie professionnelle dépend de leurs ordinateurs et des documents éparpillés dans le cloud, doivent adopter des méthodes sécuritaires et efficaces pour gérer leurs mots de passe.

Comptes bancaires, médias sociaux, services en lignes. Vous avez des dizaines d’identifiants à gérer et tout autant de mots de passe. Ces mots de passe sont là pour vous protéger. Donc il faut apprendre à s’en occuper comme il le faut. En 2017, il est impardonnable d’utiliser le même mot de passe sur tous les sites que vous fréquentez.. Surtout si le mot de passe est 12345678. Vous riez! Malheureusement, il y en a encore des tonnes qui le font. Négliger de bien gérer ses mots de passe, c’est comme partir en vacances en laissant la clé dans la porte.

Pour bien illustrer le problème, nous vous présentons ce court vidéo produit par le journal Le Monde, faisant le tour de la question. Regardez bien, vous vous reconnaîtrez peut-être.

Les gestionnaires de mots de passe

Dans un mode idéal, la manière la plus sécurisée de conserver tous vos mots de passe serait de les inscrire dans votre mémoire. Mais la mémoire est une faculté qui oublie, dit l’adage. Compte tenu de la complexité des mots de passe sécuritaire (lettres et chiffres, majuscules et minuscules plus quelques caractères spéciaux), il est nettement plus simple de se tourner vers des applications de gestion de mots de passe, comme le rappelle le vidéo. Gestionnaires qui vous aideront à générer les mots de passe sécuritaires pour chacun des sites qui en réclament un, et qui feront office de mémoire, d’organisateur et de coffre-fort.

Ceux qui sont suggérés dans cette vidéo sont parmi les plus fiables et les plus populaires. Si vous n’utilisez pas encore un de ces gestionnaires, nous vous recommandons d’en faire l’essai. Il y aura certes une courbe d’apprentissage nécessaire pour changer vos habitudes, mais une fois les mots de passe bien intégrés dans l’outil, et votre nouvelle habitude bien établie, vous ne pourrez plus vous en passer. Votre vie d’internaute sera plus nettement sécuritaire et plus simple.

(rétrolien)

Blogue / Blog, Outils pour solos, Trucs et astuces

Ça coûte cher des pigistes, c’est normal et c’est très bien ainsi


Bureau de pigiste

L’autre jour, je parlais avec un ami pigiste. Il me racontait cette mauvaise anecdote, entendue des millions de fois en différentes versions. Un client mettait en doute son tarif horaire: « Pourquoi je te payerais 80$/h, si je ne payais que 40$/h mon employé qui faisait le même travail pour moi l’an dernier? Et il était très bon. Es-tu vraiment 2 fois meilleur que lui? »

Mon ami était resté sans voix. Et il avait conclu, sans doute avec raison, que les relations ne commençaient vraiment pas sur d’assez bonnes bases pour que ça vaille la peine de continuer avec ce client. Il a même suggéré à ce client de réembaucher son ancien employé pour voir si cela lui coûterait vraiment moins cher.

Vous avez peut-être déjà vécu ce genre de situation. Sans trop savoir comment répondre. Et sans trop savoir si, en fait, votre tarification était juste ou non.

Dans la vie de tout pigiste, la question de sa valeur reste toujours une question épineuse. « Mon travail vaut-il ce que je charge? » Et à cette question, la réponse doit toujours être claire: OUI. Sinon, vous ouvrez la porte à des négociations qui pourraient être douloureuses.

Pour les pigistes qui sont en panne d’arguments ou pour les offreurs de contrats qui se posent encore la question, voici une petite explication pourquoi un (ou une) pigiste ça coûte cher (e) et c’est très bien ainsi.

  1. Tout d’abord, il y a la compétence et l’expérience. Le tarif doit représenter en tout premier lieu la qualité de la prestation de service qui sera offert par le pigiste ainsi que le niveau d’expérience du prestataire. C’est la raison pour laquelle, en général, un ou une pigiste novice coûtera moins cher(e) que les pigistes plus expérimentés. L’expérience, ça se paie.

    Mais attention, ce n’est pas parce que le taux horaire du pigiste expérimenté est plus élevé que sa facture globale sera obligatoirement plus élevée. Les pigistes expérimentés pourront souvent livrer le mandat en moins de temps qu’une personne moins expérimentée. Si la qualité et l’expérience ont un prix, elles ont aussi de multiples avantages.
  2. Les vacances. Toute entreprise devra provisionner le coût des vacances de ses employés. Selon les contrats de travail qu’elle aura signés, il lui coûtera 4%, 6%,8% ou même 10% en frais de vacances. Dans sa facturation générale, l’entreprise aura donc prévu ajouter des montants pour couvrir cette dépense.

    Pour les pigistes… c’est pareil. Ils devront prévoir un montant pour leurs propres vacances, dans les mêmes proportions qu’une entreprise avec ses employés, selon les objectifs de carrière et de vie qu’ils auront établis.

    Certains seront surpris que le tarif horaire des pigistes comprennent une provision de vacances. Comment pensaient-ils que cela fonctionnait pour les entreprises en général. Et les pigistes avisés qui gèrent bien leur micro-entreprise, auront bien pris la peine d’ajouter cette dépense dans leurs frais généraux, donc dans l’estimation de leur tarif.
  3. Les espaces de travail. Ces beaux bureaux lumineux où certaines entreprises sont établies, combien coûtent-ils? Et le mobilier utilisé, la connexion internet, l’électricité, les ordinateurs, les logiciels ? Tout ce matériel a un prix. Souvent élevé.

    Un pigiste évite à son client d’avoir un employé qui lui coûterait cher en frais d’installation. Ce pigiste aura bien entendu les coûts de sa propre installation à assumer. Non, il ne travaille dans un sous-sol pas fini, et encore moins dans son lit; du moins, je vous le souhaite. Et ce n’est pas plus gratuit pour le pigiste que ça ne l’est pour une entreprise.

    Le taux horaire du pigiste reflétera aussi ses frais de bureau; qu’il soit installé chez lui, dans un centre d’affaires ou en coworking. Après tout, c’est juste! L’offreur de contrat aura usé un peu ses outils de travail. Ces coûts seront par contre considérablement moindres que s’il s’était agi d’un employé.
  4. Maladie et congés imprévus. Saviez-vous que le travailleur autonome n’est pas invincible? Malheureusement non. Pareil à toute personne normale, il peut tomber malade. Pareil à tout employé dans une entreprise, il devra prendre quelques congés: une grippe qui le cloue au lit; un enfant qui l’occupe durant quelques jours; une mortalité dans la famille. Dans une entreprise, il y aura une banque de congés pour prévoir ces imprévus. Cette banque de congés sera provisionnée comme pour les vacances à même la facturation, à même le chiffre d’affaires. Le travailleur autonome bien organisé fera exactement la même chose. Il aura prévu, comme n’importe quelle entreprise bien gérée, une toute toute petite provision dans sa facturation pour couvrir ces imprévus… qui arriveront tôt ou tard. Ces dépenses font aussi partie des frais d’exploitation.

    Ainsi, grâce à cela, la prochaine fois que ce pigiste prévoyant sera appelé pour se voir confier une tâche urgente, il sera déjà remis de sa dernière vilaine grippe qui l’avait mis KO. Et il sera en pleine forme pour accomplir une autre échéance impossible.
  5. Et tous ces autres frais. Que dire aussi des formations et des conférences auxquelles les pigistes assistent (ou devraient assister) pour rester à jour, les assurances qu’ils doivent prendre, les déplacements qu’ils doivent payer, etc. Tous ces frais que toutes les entreprises connaissent bien et qui sont financés (toujours, obligatoirement) à même le chiffre d’affaires. Des frais que chaque travailleur autonome doit assumer tout autant et de la même manière à même sa facturation. Il n’y a pas de magie ni d’argent tombé du ciel pour ces occasions.

    N’oublions jamais que les pigistes sont des entreprises. Peut-être micro, mais entreprises quand même. Avec ce que cela représente comme charges et responsabilités.

Bien d’autres éléments entrent dans la composition du tarif horaire des pigistes. Pour une liste plus complète, je vous invite à lire (ou relire) cet autre billet que nous recommandons toujours aux solos pour les aider à fixer leurs objectifs de revenu : Comment calculer son taux horaire?.

Alors ?

Alors, oui, les pigistes peuvent donner l’impression de coûter cher, mais c’est uniquement parce qu’ils gèrent leur business comme tout entrepreneur gère la sienne: en prévoyant très bien l’ensemble des coûts qui sont nécessaires à sa prestation de service et à l’entretien de sa ressource première, c’est-à-dire lui-même. En contractant avec un pigiste, vous payez son expérience, sa formation continue, ses vacances, son ordinateur, ses propres pigistes et assistants; vous payez l’ensemble de ses frais qui rendent possible l’exécution de sa tâche.

De plus, on le sait très bien, avec ce qu’il offre comme qualité de travail, même avec toutes ses charges, le pigiste reste une aubaine, car sinon, il y a belle lurette que les entreprises auraient embauché des employés pour faire ce travail si cela avait été à meilleur prix. Alors, à la question « pourquoi les pigistes, ça coûte cher et c’est très bien ainsi? »: tout simplement parce c’est le juste prix, parce que leur statut fait réduire les coûts des entreprises, et parce qu’ils le valent.

(rétrolien)

Blogue / Blog, Travail autonome, Trucs et astuces, Vie de pigiste

En vrac, ailleurs sur le Web – 22/09/2017

En vrac

Chaque jour nous cherchons et partageons sur les médias sociaux des articles qui pourraient vous intéresser. Pour les pigistes pressés, en voici une courte sélection. Pour la veille complète, nous vous invitons à nous suivre sur Facebook ou Twitter.

(rétrolien)

À lire sur le Web, Outils pour solos, Travail autonome, Trucs et astuces, Vie de pigiste

5 applications de comptabilité pour travailleurs autonomes

nousnou iwasaki

Quelles sont les applications de comptabilité les mieux adaptées pour les travailleurs autonomes? C’est une question récurrente sur notre section de Questions/Réponses.

En tant que travailleur autonome, vous avez l’obligation de voir clair dans votre comptabilité. Et à moins de tout déléguer à votre comptable, vous n’aurez pas le choix d’avoir un outil bien adapté pour suivre votre trésorerie, faire la facturation, suivre la réception des paiements, analyser vos dépenses, etc. Plusieurs se contentent de gérer le tout dans des fichiers Excel. Avec brio même. Mais il n’est pas donné à tous d’être un Power User de ces tableurs magiques.

Si vous trouvez que le suivi de votre comptabilité est difficile, que vous passez trop de temps à gérer vos factures, il est sans doute temps d’explorer les solutions sur le marché. Vous êtes un professionnel, il est normal que vous utilisiez des outils professionnels pour vous soutenir. Vous devez maximiser votre temps facturable; ce précieux temps que vous accordez à la réalisation de vos mandats. Et en perdre le moins pour gérer vos papiers.

Cela est d’autant plus vrai que depuis les dernières années se sont multipliés des outils de très haute qualité, taillés sur mesure pour les travailleurs autonomes. Avec la multiplication du nombre de travailleurs indépendants partout dans nos sociétés occidentales, il est normal de voir apparaître une gamme d’outils hautement spécialisés répondant à nos différents besoins..

Des outils qui vous accompagneront pour la facturation, la gestion de vos dépenses, le suivi de vos devis ou de vos projets, la gestion de vos clients

Nous avons préparé pour vous cette courte sélection d’outils. Ils ont tous d’excellentes réputations

Prenez le temps de trouver l’application qui vous convient

Même si chacune est bien adaptée aux besoins des travailleurs autonomes et aux petites entreprises, elles présentent chacune des différences qui, dans votre quotidien, pourront être importantes: qualité de l’interface, proximité de leur service à la clientèle, fonctionnalités particulières (essentielles pour certains, mais inutiles pour d’autres), langue d’affichage, prix, l’expérience client.

Ce qui convient à votre voisin n’est pas nécessairement le meilleur outil pour vous. La plupart offrent une période d’essai (gratuite) ou une version lite. Prenez le temps de bien explorer et de faire les essais qui s’impose.

1) KIWILI

Kiwili est une solution en ligne de gestion tout-en-un pour les petites entreprises et travailleurs autonomes. L’application vous aide dans la gestion de vos factures, devis, projets, tâches et dépenses.

Établie à Montréal, l’entreprise existe depuis 2011. Plus qu’un simple outil comptable, le logiciel intègre aussi des fonctionnalités de gestion de projets et de gestion de clients. L’application est disponible en français, ainsi que son service à la clientèle.

2) NUTCACHE

À l’origine une application de facturation, Nutcache est devenu avec la temps un outil de gestion de projets collaboratifs. Les fonctionnalités couvrent la gestion de projet, de temps de dépenses, facturation, etc.

L’entreprise est établie à Laval. Nutcache existe depuis 2013. L’application est disponible en français, ainsi que le service à la clientèle.

3) MOMENTEO

Momenteo est une autre application adaptée pour les travailleurs autonomes. Parmi les fonctionnalités : facturation, gestion de la base de clients, calendrier d’activités, devis, calcul des déplacements, tableau de bord.

L’entreprise est établie à Québec. L’application est donc aussi disponible en français, ainsi que le service à la clientèle.

4) FRESHBOOKS

Depuis 15 ans, Freshbooks est un des leaders de la comptabilité « dans le nuage ». Un autre excellent outil taillé sur mesure pour les travailleurs autonomes. Outils de feuilles de temps, suivi de temps, suivi de vos devis auprès de vos clients, facturation, dépenses, gestion de comptes clients.

Développé à Toronto, l’application est uniquement en anglais, ainsi que le service à la clientèle.

5) HARVEST

Créé en 2006, Harvest est une application pour petites entreprises afin de les accompagner dans la relation avec leurs clients. Gestion de temps, de dépenses, facturation gestion de projets, intégration au paiement PayPal, facturation, devis, etc. Interface et service à la clientèle en anglais seulement.

Quelques autres :

– Pour les amateurs de la suite ZOHO, vous pouvez faire l’essai de ZOHO Invoice et de Zoho Projects.

-Et pour ceux et celles qui veulent une application comptable plus classique, il y a bien sûr l’incontournable QuickBooks en ligne de Intuit.

(rétrolien)

Blogue / Blog, Comptabilité, Outils pour solos, Travail autonome, Trucs et astuces, Vie de pigiste

En vrac, ailleurs sur le Web – 29/05/17

Chaque jour nous lisons et partageons sur les médias sociaux des articles qui devraient vous intéresser. Pour les pigistes pressés, en voici une courte sélection. Pour la veille complète, nous vous invitons à nous suivre sur Facebook ou Twitter.

(rétrolien)

À lire sur le Web, Travail autonome, Trucs et astuces

Pigistes: 10 règles pour mieux travailler de la maison

Vous êtes travailleur indépendant et vous avez décidé de travailler de la maison plutôt que dans un espace de coworking ou plutôt que vous louez un petit bureau. Ce choix présente de nombreux avantages. Parmi ceux-ci, un gain de flexibilité et une économie qui peut être substantielle. Par contre, ce choix ne va pas sans quelques embûches importantes que plusieurs pigistes n’arrivent pas à surmonter. Par exemple: l’isolement, le mélange entre vie professionnelle et vie personnelle, de la difficulté à maintenir sa motivation et sa concentration. Lorsqu’on est seul à générer la totalité de nos revenus, il est primordial que le temps de travail soit de qualité sous peine d’avoir un impact majeur sur ses conditions de vie et celles de la famille. Ce qui n’est pas votre souhait.

Dans un sondage relaté voilà quelques mois par le journal Les Affaires sur la difficulté de travailleur de la maison, on identifiait 5 grandes causes de distractions :

  • – les proches et les enfants qui ont besoin d’attention (49 % des télétravailleurs);
  • – aucun accès à un équipement du bureau adéquat (46 %);
  • – l’appel des tâches ménagères (34 %);
  • – la télévision que l’on veut garder allumée pour avoir de la compagnie (34 %);
  • – l’absence d’un espace de travail adapté (34 %).

Il y a par contre des règles à mettre en place, surtout si vous éprouvez de la difficulté à rester concentré sur votre travail. Nous vous en proposons 10.

1) Comprendre pourquoi vous travaillez à la maison.

Pour un travailleur autonome, ce ne sont pas les options qui manquent aujourd’hui: espaces de coworking, centres d’affaires, bureau loué, la maison, etc. Il est même possible de se fabriquer un mix nomade en alternant bibliothèque publique, cafés, maison, clients et coworking.

Mais si vous faites le choix d’être à la maison la majeure partie de votre temps, il est essentiel de bien identifier les raisons qui motivent votre choix. Que ce soit pour des raisons financières, familiales ou simplement fonctionnelles, assurez-vous que votre choix répond bien aux objectifs que vous cherchez à atteindre et ne devienne pas un fardeau supplémentaire à votre charge de travail. De même, si les objectifs ne sont pas atteints ou si vos conditions professionnelles viennent à changer, vous devriez revoir votre choix de travailler à la maison.

Être pigiste n’est plus synonyme de travail à la maison. Pour affronter les difficultés de ce choix au quotidien, assurez-vous de bien vous connaître et de bien connaître sur quoi se base cette préférence.

2) Un environnement de travail adéquat.

Parmi les plus grands avantages de travailler à domicile, il y a cette possibilité de créer son propre environnement de travail; un environnement qui vous inspirera, qui vous aidera à vous concentrer. Vous n’avez tout de même pas choisi de sortir de ces grands espaces de travail formatés sans âme pour vous retrouver dans un espace bancal?

Il n’y a pas deux personnes qui travaillent de la même façon ni qui aménageront leur espace pareillement. C’est le temps de prendre le temps de trouver ce qui vous inspire; ce que jamais votre ancien cubicule du centre-ville ne vous aurait permis de faire. Si la lumière vous aide, alors installez-vous dans une pièce qui vous permettra de suivre les couleurs de la journée par la fenêtre. Si le casque d’écoute vous aide à garder le focus, pourquoi s’en priver?

L’important c’est de bien prendre le temps pour créer l’environnement qui rendra votre travail confortable, efficace et limitera les distractions.

Si certains sont capables de se contenter d’un canapé, il est probable qu’à long terme, la majorité opteront pour un espace dédié, avec un plan de travail dégagé, ordinateur, classeur, imprimante, crayons, bloc-note et câble de recharge du téléphone. Un espace dédié qui n’entrera pas en conflit avec les membres de votre famille (ou vos co-locataires).

Prenez le temps de bien créer cet espace de travail, vous y passerez beaucoup de temps. La qualité de votre vie de travailleur autonome en dépendra.

3) S’imposer un horaire de travail

Être travailleur autonome, c’est apprendre à devenir son propre patron. Vous êtes celui (ou celle) qui vous demande des comptes, qui vous rappelle à l’ordre, qui vous dit que ce serait le temps de s’installer, qui vous demande où en sont les échéanciers.

Mais le travail à domicile est rempli de pièges. Autant il est facile de se laisser aspirer par une infinité de petites tâches domestiques alors qu’on devrait être au boulot, autant il est tout aussi facile de poursuivre indûment sa journée de travail alors que la vie de famille devrait avoir repris ses droits.

Lorsqu’on commence à travailler à la maison, il faut rapidement trouver un équilibre entre sa vie personnelle et sa vie professionnelle. Vous devrez vous créer une bulle professionnelle forte, et l’assumer sans culpabilité. Vous n’avez pas à vous sentir coupable de la vaisselle qui traîne dans la cuisine si vous avez à travailler dans la pièce d’à côté. Pas plus que cette vaisselle ne vous dérangerait si vous étiez dans un bureau à l’extérieur de la maison.

Si vous demandez à votre famille de respecter le fait que vous travaillez à la maison, vous devez respecter ce même engagement envers vous-mêmes avec tout autant de fermeté. Aucune culpabilité à séparer vie personnelle et vie professionnelle.

Saviez-vous que plusieurs travailleurs autonomes quittent la maison chaque matin pour un tour du bloc, juste pour se donner le feeling qu’ils partent au bureau. D’ailleurs le matin, les cours d’école sont remplis de parents qui vont conduire leurs enfants pour marquer le début de leur propre journée de travail. Posez la question autour de vous; vous serez surpris!

Faites-vous une routine de travail qui ciblera l’heure où vous devriez être installé à votre table de travail, qui fixera l’horaire général de la journée, le moment de vos pauses, qui prévoira à quel moment faire vos courses et les autres tâches domestiques que vous souhaitez faire. Avec cet horaire type, il sera plus facile de garder le cap.

4) Avoir les bons outils technologiques et développer la compétence technique

Lorsqu’on travaille dans une entreprise le moindrement bien organisée, les outils technologiques ne sont pas un souci. Et lorsqu’ils le deviennent, quelqu’un dans la boîte vient vous dépanner, on change votre appareil défectueux, on vous forme sur ce nouveau logiciel à connaître, on vous connecte sur la nouvelle imprimante, on reconfigure votre connexion internet, on s’assure que votre backup est bien fait et bien conservé. Si ce n’est pas l’entreprise qui s’en occupe, il y aura souvent un collègue pour vous dépanner.

Mais comme travailleur autonome, cette compétence est dorénavant votre entière responsabilité.

Identifiez les compétences qui sont essentielles pour le fonctionnement de votre micro-entreprise et prévoyez les façons de prévenir les désastres. Vous pouvez suivre des cours, vous abonner à des webinaires, vous assurer que votre réseau professionnel peut vous aider en cas de besoin, que vous avez la liquidité financière si vous devez remplacer votre ordinateur de toute urgence.

Les outils technologiques sont nos meilleurs alliés. Ce sont eux qui nous permettent d’effectuer un travail de qualité et d’être efficace de la maison. Seul on peut grâce à eux réaliser des mandats qui voilà quelques années auraient nécessité des équipes plus nombreuses. Ne négligez pas de développer ces compétences. C’est le meilleur moyen de ne plus en être dépendant.

5 ) Contacts, réseaux et connexion.

Il n’est sans doute pas utile de répéter combien avoir un excellent réseau de contacts, participer à des activités de réseautage d’affaires et bien entretenir ses réseaux sociaux est essentiel pour le développement des affaires de tout professionnel indépendant. C’est la puissance avec laquelle votre réputation pourra surfer à travers vos différents réseaux qui assurera l’a consolidation de votre clientèle. Donc, pas besoin de le répéter, ça vous le savez déjà très bien.

Ce que vous savez peut-être moins, c’est que votre réseau pourra aussi vous aider quotidiennement à réduire le poids de l’isolement, en plus de vous aider de mille façons en étant une source inépuisable de soutien pour faire votre travail. En entretenant votre réseau, en maintenant des contacts réguliers avec les personnes qui comptent, en aidant vos amis professionnels et en ayant une présence dynamique sur les médias sociaux, votre réseau de contacts sera toujours présent en cas de besoin.

Mais attention, qui dit entretenir ne dit pas s’y perdre.

6) Évitez les distractions

On a abordé la question voilà à peine quelques jours. Vous pouvez retourner lire le billet sur la technique Pomodoro.

Il est difficile comme travailleur autonome de rester concentré. Généralement parce qu’on organise mal son temps. Il existe de nombreuses techniques et outils pour vous aider à mieux structurer votre activité et vous rendre plus efficace. Des techniques vous aideront a mieux gérer votre temps afin d’alterner votre précieux temps d’efficacité et le temps où il serait nettement mieux pour vous de passer à autre chose.

On doit aussi s’aider en minimisant les sollicitations externes inutiles qui ne sont souvent là que par mauvaises habitudes ou pour combattre (encore une fois) le sentiment d’isolement (radio, télé, médias sociaux, abus de téléphone, démultiplication des tâches domestiques, etc.).

En organisant mieux son temps, en alternant pauses et périodes de haute concentration, vous serez sans doute plus efficace qu’en multipliant les artifices autour de vous qui ne feront que solliciter votre attention.

7) Accordez-vous des pauses

Des pauses après vos périodes de haute concentration, des pauses récompenses après vos échéances ou la fin de certaines étapes, des pauses sociales avec amis et collègues bien placées dans votre agenda, des pauses médias sociaux pour vous changer les idées. Des pauses méditations pour vous apaiser ou pour gérer stress et anxiété.

Bien dosé, cet apport vous rendra plus efficace durant vos périodes d’activités. Une tête détendue aura plus de facilité à se concentrer sur l’essentiel, alors qu’une tête fatiguée et stressée se laissera distraire par le moindre bruit ou la moindre alerte téléphonique.

8) Donner les limites à son entourage

Vous avez des enfants, un conjoint ou une conjointe, des colocs, des amis, de la famille? Apprenez-leur à respecter votre territoire et vos horaires de travail. Oui, bien sûr, vous devez faire le tout avec souplesse, mais n’oubliez pas que si vous acceptez que votre entourage pénètre trop facilement votre bulle de concentration, vous ne ferez qu’étirer vos heures de travail et vos échéanciers. Ce que ni vous ni vos clients ne voulez.

Amis, famille, colocs, conjoint doivent s’adapter comme ils s’adapteraient à votre absence si vous étiez dans un espace de coworking ou si vous étiez en entreprise.

Pour les enfants, c’est plus délicat, mais s’ils sont grands et à l’école, il suffit d’être un peu créatif. Plusieurs préfèrent passer du temps avec leurs enfants dès leur retour de l’école et de reprendre quelques heures après qu’ils soient au lit. C’est une option. D’autres concentreront leurs tâches répétitives et faciles ne demandant que peu de concentration lorsque les enfants sont de retour à la maison.

À vous de trouver le scénario qui convient à votre situation. Mais apprenez à protéger votre bulle de concentration de trop de perturbation.

Et ce n’est pas parce que vous travaillez de la maison que vous devez accepter toutes les offres de cafés de vos amis et de votre famille. N’oubliez pas, vous êtes au travail.

9) Sport et alimentation

Est-il utile encore aujourd’hui de répéter l’importance du sport et de l’alimentation? Malheureusement, oui!

Vous êtes travailleurs autonomes, vous avez fait le choix de la flexibilité et vous souhaitez ajouter à votre qualité de vie, il serait donc paradoxal de ne pas en profiter, non ? Vous devez percevoir votre statut de travailleur autonome comme une nouvelle liberté acquise; pas une prison à la maison. Alors, parmi vos pauses obligées de la journée, prévoyez une balade à pied, à vélo, en jogging.

Cela est d’autant plus important que votre statut de travailleur autonome peut dans bien des cas être synonyme de moins de déplacement à travers la ville et moins d’occasions de marcher dans une journée. Parsemez donc vos semaines de quelques périodes d’activités, cela fouettera votre vitalité.

Tiens, par exemple, en allant conduire vos enfants à l’école demain, pourquoi ne pas y aller en marchant. Vous pouvez même revenir à la course. Observez bien autour de vous, vous verrez qu’il y en a plusieurs qui ont adopté cet horaire.

Pour ce qui est des repas, c’est comme votre mère vous disait lorsque vous étiez jeune: n’oublie pas de déjeuner, mange varié, mange léger, ne mange pas devant l’écran. Ça vous rappelle des souvenirs. La médecine de maman est à prescrire.

Votre rendement quotidien, votre efficacité, votre niveau de concentration seront plus faciles avec un corps en santé, alerte, reposé et pas trop stressé. Ben manger et bouger dès qu’on peut.

10) s’habiller, fini le pyjama

Nous serons succincts. Iriez-vous travailler dans un bureau en pyjama ou attriqué n’importe comment? Aider votre concentration en vous renvoyant l’image que ce que vous faites est important. Oui, vous avez le luxe d’être habillé confortablement, très confortablement même, mais il sera toujours plus facile d’apprécier à long terme la valeur de votre travail, si vous soignez l’image que vous vous projetez à vous-même durant cette votre journée de travail. Un geste simple qui est la première étape de votre routine de travail… s’habiller.

(rétrolien)

Outils pour solos, Réseautage, Travail autonome, Trucs et astuces, Vie de pigiste

En vrac, ailleurs sur le web – 19/05/17

Loupe

Chaque jour nous lisons et partageons sur les médias sociaux des articles qui devraient vous intéresser. Pour les pigistes pressés, en voici une courte sélection. Pour la veille complète, nous vous invitons à nous suivre sur Facebook.

(rétrolien)

Blogue / Blog, Trucs et astuces, Vie de pigiste

La technique Pomodoro

La vie de pigiste est remplie de petits et grands défis quotidiens. Et le plus difficile de ces défis n’est pas toujours de trouver un nouveau client ni de bien le servir, mais pour plusieurs de bien organiser son travail afin de rester efficace, concentré et discipliné. Avec en plus les médias sociaux qui viennent une couche de sollicitation constante, avec le téléphone intelligent qui traîne en permanence sur notre espace de travail et qui nous fait miroiter mers et mondes, avec les courriels qui entrent constamment. Le quotidien du travailleur et de la travailleuse autonome n’est pas toujours simple. Et si on ajoute à cela l’animation des espaces de coworking, qui pour certains ajoutent une nouvelle part de distraction, ou l’écrasante solitude des autres qui préfèrent travailler de la maison, les défis deviennent épiques.

Combien de fois cela vous est-il arrivé de vous demander où était passé tout le temps de journée, alors que vos pages à rédiger ou votre code à terminer avaient à peine avancé; comme si un malin lutin vous avait volé quelques heures durant votre journée? Cela vous arrive trop souvent?

C’est une des raisons pour laquelle bien des pigistes recourent à des méthodes d’organisation du travail pour maintenir un bon rendement professionnel. Parmi ces méthodes, la technique Pomodoro.

La technique Pomodoro

La technique Pomodoro a été développée par Francesco Cirillo durant les années 1980. La technique Pomodoro signifie littéralement la technique de la tomate. Elle consiste à se concentrer pleinement sur une seule tâche à la fois durant des périodes de 25 minutes, suivi de pauses. Cette méthode suppose l’usage d’un minuteur pour calculer les périodes d’activité de 25 minutes (pomodori ou les « tomates »).

Les étapes sont simples : planifier les tâches; décider de la tâche à effectuer ; travailler sur la tâche jusqu’à ce que le minuteur sonne; prendre une courte pause (5 minutes) ; et toutes les quatre pomodori prendre une pause un peu plus longue (15-20 minutes).

Pourquoi 25 minutes? Car il s’agirait d’une période moyenne durant laquelle le cerveau peut rester concentré sur une tâche sans faillir. La méthode cherche donc à adapter votre organisation du travail à vos capacités de concentration.

Le but visé derrière cette méthode est de développer la discipline et la concentration. Vous éviterez ainsi les dérives, le détournement d’attention et la digression qui est malheureusement souvent le défi de quantité de travailleurs autonomes.

Tout ce qu’il vous faut, c’est un minuteur, un crayon et une feuille de papier, et d’un peu de lecture au préalable pour comprendre comment vous organiser. Google regorge de ressources pour vous aider.

Et comme la vie fait bien les choses, il y a bien sûr de multiples applications (gratuites ou pas) que vous pouvez mettre sur vos téléphones intelligents, que vous soyez sur iOS ou sur Android. Des applications qui vous permettront non seulement de minuter vos tâches, mais aussi de les définir, les commenter et noter vos expériences générales.

La technique Pomodor n’est pas une panacée, bien sûr, mais pour plusieurs d’entre nous il s’agit d’un excellent support pour améliorer gagner du temps

Bonne organisation!

(rétrolien)

Outils pour solos, Trucs et astuces, Vie de pigiste

Trucs et astuces pour mieux utiliser AgentSolo

C’est une question récurrente que nous recevons de nos utilisateurs: « Comment mieux utiliser AgentSolo? » Certains de nos membres obtiennent 3, 4 ou 5 contrats en quelques mois sur AgentSolo et créent un bon nombre de contacts qui deviendront éventuellement des clients. Tout le monde aimerait avoir une aussi bonne performance. Malheureusement, trop peu de personnes prennent les moyens pour atteindre ces objectifs.

Pour faire image, faisons un parallèle avec une activité de réseautage. Pourquoi certaines personnes vont dans un 5@7 et réussissent à se faire connaître par des dizaines de personnes intéressantes, alors que d’autres n’auront pas réussi à rencontrer d’autres personnes que celles déjà connues. Pourtant c’est la même activité. Alors pourquoi cette différence? Parce que certaines personnes maîtrisent bien les techniques du réseautage, d’autres n’ont pas les bons réflexes.

Sur AgentSolo (comme sur toutes les plateformes de négociation ou de réseautage social), c’est pareil, il faut suivre certaines règles. Les clients ou employeurs ne se précipiteront pas automatiquement sur vous parce que vous avez un profil ou parce que vous êtes disponibles. Vous devez aussi réussir à vous faire connaître, à les séduire, à montrer votre compétence. Pour augmenter vos chances de succès, il faut garder en tête ces 3 grands principes :

  • se faire connaître
  • montrer sa compétence
  • accroître sa crédibilité

Ce billet, nous l’espérons, vous donnera quelques conseils pour mieux performer sur AgentSolo.

1- D’abord, bien complétez votre profil

Votre profil est votre identité sur AgentSolo. C’est aussi une partie de votre identité en ligne. Pour plusieurs, c’est la seule. Votre profil sera donc souvent le premier outil qu’aura une personne pour se faire une opinion sur vous.

Ne perdez jamais de vue que votre profil est accessible autant par les utilisateurs d’AgentSolo que par toutes les internautes via les grands moteurs de recherche généralistes (comme Google). Nous faisons tout pour améliorer le positionnement des profils de nos membres sur ces moteurs de recherche. Pour certains membres, le profil se classe même devant leur propre site Internet.

Une règle à retenir : plus vous donnez d’informations pertinentes, plus vous intéresserez les prospects qui consultent votre profil et meilleure sera votre position parmi les résultats des moteurs de recherche, sur AgentSolo comme sur Google (ou n’importe quel autre qui nous indexe).

Lorsque vous construisez votre profil, garder cette image en tête : iriez-vous chez un client (ou un employeur) à moitié vêtu ou mal fagoté ? Non! Alors si votre profil est un point d’entrée pour de nouveaux contacts, pourquoi leur offrir une image incomplète de vous ? Plus complet sera votre profil, plus il réussira à montrer votre pertinence et susciter l’intérêt.

2. Déployez votre réseau

Avoir un réseau de contacts est une exigence professionnelle incontournable. La majorité des mandats et des emplois provient de références issues de ce réseau. De tout temps, les professionnels les plus performants dans le développement des affaires ou qui ont une évolution professionnelle rapide sont ceux qui ont su tisser un réseau de contacts solide au fil des ans. Et qui ont su bien l’entretenir.

Avec les fonctionnalités de réseau sur les sites à vocation professionnelle, le développement et l’entretien de son réseau de contacts sont rendus faciles. Plus d’excuses! Agentsolo vous offre ce genre d’outils.

Cherchez dans la base de données d’AgentSolo les professionnels que vous connaissez et invitez-les à joindre votre réseau personnel de contacts. En ajoutant des personnes à votre réseau, vous serez en mesure de mieux suivre leur évolution professionnelle, en plus d’être aux premières loges lorsqu’ils auront des opportunités à proposer. N’oubliez pas que vous obtenez automatiquement un droit de messagerie auprès des membres de votre réseau direct (même lorsque vous n’êtes qu’agent solo invité) ainsi qu’un droit de soumissionner sur leurs offres de contrat.

Une bonne autre raison de bien déployer son réseau ? Un futur client (ou employeur) qui consulte des profils sera naturellement plus intéressé par un professionnel bien branché dans sa communauté.

3. Prenez l’initiative

Reprenons le même exemple du 5@7 professionnel. Certains sortent les mains et les poches pleines de cartes d’affaires alors que d’autres n’ont pas réussi à faire une seule rencontre intéressante. Pourtant, ils rencontraient tous le même groupe. Question d’habilité et de pratique. Sur le Web, c’est pareil. Dans les sites qui fournissent des outils de communication et d’échange à leurs membres, il y a ceux qui savent très bien les utiliser, ceux qui les utilisent très mal, et ceux qui ne les utilisent pas. Vous êtes dans quelle catégorie ?

N’hésitez pas à prendre l’initiative des contacts auprès de prospects (clients ou employeurs). N’attendez pas qu’ils vous voient, vous trouvent intéressant et vous contactent. Renversez plutôt la situation. Là comme dans bien d’autres domaines, prendre l’initiative peut devenir souvent plus payant. Assurément plus que d’attendre que les choses arrivent seules.

Comment intervenir ? La pertinence du contact est bien sûr cruciale. Un membre qui cherche souvent des ressources comme vous, une capsule rédigée par un prospect, les activités sur le site Internet et le blogue des compagnies qui vous intéressent, vous fourniront autant de prétextes pour établir un bon premier contact pertinent. Vous trouverez assurément les bons moyens de prendre l’initiative du contact si vous avez fait un bon travail de reconnaissance.

Il est toutefois très important d’éviter de faire un premier contact avec un courrier trop impersonnel. Cet envoi pourrait être très mal jugé, si la méthode est maladroite. Un message qui ne démontre pas un intérêt réel pour les activités du destinataire peut faire plus de dommage que de bien. La ligne est souvent fragile entre ce qui est perçu comme un contact pertinent et de la simple sollicitation.

4. Votre objectif premier : établir une relation

Lorsqu’on entre en contact avec une nouvelle personne, on met souvent la barre trop haute. Par exemple, en présentant une soumission, votre seul et unique objectif sera souvent d’obtenir le mandat. Une erreur fréquente.

Un membre me racontait cette anecdote. À la suite de l’affichage d’une offre de contrat, il a invité 3 personnes en entrevue. Il a donné le mandat à l’un d’eux, rappelé quelque temps plus tard le deuxième pour un mandat (qu’il n’avait pas encore affiché) qui correspondait plus à ses forces, et devancé un projet qu’il espérait un jour réalisé simplement parce que le troisième lui donnait tout à coup la capacité technique de le réaliser. Pour une seule offre affichée, trois mandats différents en ont découlé. Que doit-on en déduire? Que derrière toute offre de contrat (ou d’emploi), il y a une personne qui a des besoins plus vastes et complexes que la simple offre qui s’affiche. Vous devez donc tenter d’intéresser la personne encore plus que juste chercher à répondre à la description de l’offre.

Que ce soit lors d’un échange par messagerie, lors d’une rencontre dans un 5@7, en rédigeant une soumission, lorsque vous créez un nouveau contact, viser à faire de celui-ci une relation professionnelle qui pourra avoir une suite. Si ce premier contact ne débouche pas sur l’obtention du mandat, cette relation pourra ultérieurement vous être tout aussi rentable.

On connaît tous des personnes qui ont reçu des offres tout simplement parce qu’un jour, lors d’un banal 5@7, ils ont établi de bons contacts avec des personnes, qui se sont empressées d’en parler à d’autres… qui ont fait sonner le téléphone. Sur le Web, dans les médias sociaux, sur les plateformes de négociation, c’est pareil. Et souvent même, à une vitesse accélérée.

5. Faites connaître votre compétence

Si une personne veut vous offrir un mandat ou un emploi, c’est normalement sur la base de votre compétence, et de la cohésion que vous aurez avec l’équipe en place. Alors, mettez-vous en valeur!

  • Par les recommandations: Vos clients et anciens employeurs sont vos plus fidèles alliés. Leur appréciation ajoutera une crédibilité à vos diplômes, formations et expériences. À compétence égale, entre un profil comptant 10 clients, partenaires, collèges ou employeurs satisfaits et l’autre profil qui n’en compte aucun, lequel vous intéressera le plus ? La réponse est évidente. De plus, demander des recommandations à ses contacts professionnels est un exercice qui peut devenir très motivant. Lorsque vous verrez les personnes vous répondre avec empressement, et quelques fois avec une appréciation dont vous ne vous doutiez même pas, vous serez bien content.
  • par votre profil : faut-il encore revenir sur la nécessité d’avoir un profil le plus complet possible.
  • par les capsules d’information : à la manière des blogues, les capsules sont une façon de montrer votre compétence dans un domaine. Certaines sont lues de plusieurs milliers de fois, entrainant des retombées insoupçonnées à leurs auteurs. Si vous avez déjà un blogue, rien ne vous empêche de recycler certaines d’entre elles en les ajoutant à vos capsules, pour le bénéfice de nos membres et en tirer encore plus d’avantages professionnels.
(rétrolien)

AgentSolo.com, Blogue / Blog, Outils pour solos, Trucs et astuces

En vrac, à lire sur le Web… #5

Liste des articles partagés sur nos comptes de médias sociaux durant le mois de mars. Pour lire au fur et à mesure de nos découvertes, suivez-nous sur Facebook et sur Twitter.

EN FRANÇAIS

EN ANGLAIS

(rétrolien)

À lire sur le Web, Blogue / Blog, Travail autonome, Trucs et astuces