Ça coûte cher des pigistes, c’est normal et c’est très bien ainsi


Bureau de pigiste

L’autre jour, je parlais avec un ami pigiste. Il me racontait cette mauvaise anecdote, entendue des millions de fois en différentes versions. Un client mettait en doute son tarif horaire: « Pourquoi je te payerais 80$/h, si je ne payais que 40$/h mon employé qui faisait le même travail pour moi l’an dernier? Et il était très bon. Es-tu vraiment 2 fois meilleur que lui? »

Mon ami était resté sans voix. Et il avait conclu, sans doute avec raison, que les relations ne commençaient vraiment pas sur d’assez bonnes bases pour que ça vaille la peine de continuer avec ce client. Il a même suggéré à ce client de réembaucher son ancien employé pour voir si cela lui coûterait vraiment moins cher.

Vous avez peut-être déjà vécu ce genre de situation. Sans trop savoir comment répondre. Et sans trop savoir si, en fait, votre tarification était juste ou non.

Dans la vie de tout pigiste, la question de sa valeur reste toujours une question épineuse. « Mon travail vaut-il ce que je charge? » Et à cette question, la réponse doit toujours être claire: OUI. Sinon, vous ouvrez la porte à des négociations qui pourraient être douloureuses.

Pour les pigistes qui sont en panne d’arguments ou pour les offreurs de contrats qui se posent encore la question, voici une petite explication pourquoi un (ou une) pigiste ça coûte cher (e) et c’est très bien ainsi.

  1. Tout d’abord, il y a la compétence et l’expérience. Le tarif doit représenter en tout premier lieu la qualité de la prestation de service qui sera offert par le pigiste ainsi que le niveau d’expérience du prestataire. C’est la raison pour laquelle, en général, un ou une pigiste novice coûtera moins cher(e) que les pigistes plus expérimentés. L’expérience, ça se paie.

    Mais attention, ce n’est pas parce que le taux horaire du pigiste expérimenté est plus élevé que sa facture globale sera obligatoirement plus élevée. Les pigistes expérimentés pourront souvent livrer le mandat en moins de temps qu’une personne moins expérimentée. Si la qualité et l’expérience ont un prix, elles ont aussi de multiples avantages.
  2. Les vacances. Toute entreprise devra provisionner le coût des vacances de ses employés. Selon les contrats de travail qu’elle aura signés, il lui coûtera 4%, 6%,8% ou même 10% en frais de vacances. Dans sa facturation générale, l’entreprise aura donc prévu ajouter des montants pour couvrir cette dépense.

    Pour les pigistes… c’est pareil. Ils devront prévoir un montant pour leurs propres vacances, dans les mêmes proportions qu’une entreprise avec ses employés, selon les objectifs de carrière et de vie qu’ils auront établis.

    Certains seront surpris que le tarif horaire des pigistes comprennent une provision de vacances. Comment pensaient-ils que cela fonctionnait pour les entreprises en général. Et les pigistes avisés qui gèrent bien leur micro-entreprise, auront bien pris la peine d’ajouter cette dépense dans leurs frais généraux, donc dans l’estimation de leur tarif.
  3. Les espaces de travail. Ces beaux bureaux lumineux où certaines entreprises sont établies, combien coûtent-ils? Et le mobilier utilisé, la connexion internet, l’électricité, les ordinateurs, les logiciels ? Tout ce matériel a un prix. Souvent élevé.

    Un pigiste évite à son client d’avoir un employé qui lui coûterait cher en frais d’installation. Ce pigiste aura bien entendu les coûts de sa propre installation à assumer. Non, il ne travaille dans un sous-sol pas fini, et encore moins dans son lit; du moins, je vous le souhaite. Et ce n’est pas plus gratuit pour le pigiste que ça ne l’est pour une entreprise.

    Le taux horaire du pigiste reflétera aussi ses frais de bureau; qu’il soit installé chez lui, dans un centre d’affaires ou en coworking. Après tout, c’est juste! L’offreur de contrat aura usé un peu ses outils de travail. Ces coûts seront par contre considérablement moindres que s’il s’était agi d’un employé.
  4. Maladie et congés imprévus. Saviez-vous que le travailleur autonome n’est pas invincible? Malheureusement non. Pareil à toute personne normale, il peut tomber malade. Pareil à tout employé dans une entreprise, il devra prendre quelques congés: une grippe qui le cloue au lit; un enfant qui l’occupe durant quelques jours; une mortalité dans la famille. Dans une entreprise, il y aura une banque de congés pour prévoir ces imprévus. Cette banque de congés sera provisionnée comme pour les vacances à même la facturation, à même le chiffre d’affaires. Le travailleur autonome bien organisé fera exactement la même chose. Il aura prévu, comme n’importe quelle entreprise bien gérée, une toute toute petite provision dans sa facturation pour couvrir ces imprévus… qui arriveront tôt ou tard. Ces dépenses font aussi partie des frais d’exploitation.

    Ainsi, grâce à cela, la prochaine fois que ce pigiste prévoyant sera appelé pour se voir confier une tâche urgente, il sera déjà remis de sa dernière vilaine grippe qui l’avait mis KO. Et il sera en pleine forme pour accomplir une autre échéance impossible.
  5. Et tous ces autres frais. Que dire aussi des formations et des conférences auxquelles les pigistes assistent (ou devraient assister) pour rester à jour, les assurances qu’ils doivent prendre, les déplacements qu’ils doivent payer, etc. Tous ces frais que toutes les entreprises connaissent bien et qui sont financés (toujours, obligatoirement) à même le chiffre d’affaires. Des frais que chaque travailleur autonome doit assumer tout autant et de la même manière à même sa facturation. Il n’y a pas de magie ni d’argent tombé du ciel pour ces occasions.

    N’oublions jamais que les pigistes sont des entreprises. Peut-être micro, mais entreprises quand même. Avec ce que cela représente comme charges et responsabilités.

Bien d’autres éléments entrent dans la composition du tarif horaire des pigistes. Pour une liste plus complète, je vous invite à lire (ou relire) cet autre billet que nous recommandons toujours aux solos pour les aider à fixer leurs objectifs de revenu : Comment calculer son taux horaire?.

Alors ?

Alors, oui, les pigistes peuvent donner l’impression de coûter cher, mais c’est uniquement parce qu’ils gèrent leur business comme tout entrepreneur gère la sienne: en prévoyant très bien l’ensemble des coûts qui sont nécessaires à sa prestation de service et à l’entretien de sa ressource première, c’est-à-dire lui-même. En contractant avec un pigiste, vous payez son expérience, sa formation continue, ses vacances, son ordinateur, ses propres pigistes et assistants; vous payez l’ensemble de ses frais qui rendent possible l’exécution de sa tâche.

De plus, on le sait très bien, avec ce qu’il offre comme qualité de travail, même avec toutes ses charges, le pigiste reste une aubaine, car sinon, il y a belle lurette que les entreprises auraient embauché des employés pour faire ce travail si cela avait été à meilleur prix. Alors, à la question « pourquoi les pigistes, ça coûte cher et c’est très bien ainsi? »: tout simplement parce c’est le juste prix, parce que leur statut fait réduire les coûts des entreprises, et parce qu’ils le valent.

Une réponse à Ça coûte cher des pigistes, c’est normal et c’est très bien ainsi

  1. Marie-Josée Magny 17/11/2017 at 12:57 #

    Intéressant, il faudrait aussi ajouter que les mandats demandant que quelques heures par semaine ou par mois réalisés par un pigiste permet souvent une constance au niveau de la qualité du travail et évite un roulement de personnel qui coûte cher, car les emplois à temps partiel sont souvent occupés en attendant de trouver un temps par les employés.

Laisser un commentaire