Travailleurs autonomes et revenus: un 1er tour d’horizon

Nous poursuivons l’analyse des résultats à notre sondage réalisé dernièrement. Dans le billet précédent, nous avons abordé une partie de la question des revenus des travailleurs autonomes. Nous avions constaté que si le revenu médian des travailleurs autonomes tourne autour de 45 000 $ pour l’année 2010, les hommes et les femmes se retrouvent par contre avec des différences notables.

À titre d’illustration, nous vous présentons le tableau des revenus pour l’ensemble des travailleurs autonomes, pour les différences entre les sexes, nous vous convions à consulter le billet précédent : Travail autonome au Québec: les femmes gagnent moins que les hommes, beaucoup moins.

Revenu

Dans ce billet, nous faisons un premier tour sur différents aspects touchant les revenus: ce qui compose ces revenus, les heures facturées, les clients, etc. Nous nous limiterons pour cette partie à un simple survol “en vrac” des résultats obtenus. Nous apporterons les nuances nécessaires lors de prochains billets en nous attardant à certains points plus importants.

Le revenu de travailleur autonome

Le revenu du travailleur autonome peut s’avérer plus complexe que le revenu d’un salarié. Pour plusieurs travailleurs autonomes, de nombreux éléments composeront leur revenu: placements, prestations, pensions, salaire, etc. Nous avons donc demandé une précision suite à la question précédente, afin de déterminer quelle part leur revenu de travailleur autonome occupe dans leur revenu total. Pour 60 % des répondants, leur revenu de travailleur autonome constitue la totalité ou la quasi-totalité des revenus touchés au cours des 12 derniers mois. Pour environ 20% des répondants, le revenu de T.A. constitue moins de la moitié du revenu total.

Part Revenu

Heures facturées/non facturées

Au quotidien, le travail d’un travailleur autonome est un mélange d’actions et de tâches nécessaires à la réalisation des mandats mais qui ne sont pas nécessairement facturées directement. Chaque travailleur autonome consacre une part plus ou moins grande de temps pour sa formation, sa veille, le développement de sa clientèle, ses déplacements, l’achat d’équipement, sa comptabilité, etc; temps qui n’est pas chargé directement à un client mais qui fait bel et bien partie de son temps de travail et de gestion de son entreprise.

Afin d’avoir une idée de la part de ces heures, nous avons demandé aux répondants de distinguer le nombre d’heures facturées en moyenne par semaine, et le nombre d’heures NON facturées, dédiées chaque semaine à son activité de T.A.

Plus de 54 % des répondants affirment facturer plus de 20 heures par semaine. Dans le détail, cela nous donne : 27% qui facturent entre 20 et 30 heures, 20% entre 30 et 40 heures, et 7% plus de 40 heures.

Pour le nombre d’heures non-facturées par semaine, 58% déclarent plus de 5 heures en moyenne. Dans le détail : 29% font entre 5 et 10 heures, par semaine, 19% entre 10 et 20 heures, et 10% plus de 20 heures par semaine.

On reviendra plus en profondeur sur cette question dans un prochain billet, mais un recoupement avec d’autres données semblent montrer que plus un travailleur autonome a de nombreux clients, plus il aura d’heures non-facturées à faire durant sa semaine. De même, il semble aussi ressortir que plus le nombre d’heures facturées est élevé, plus le nombre d’heures non facturées tend à s’accroître.

Ces précisions viendront avec plus de détails dans quelques jours.

heures facturées

heures facturées

Intermédiaires

Dans la vie des travailleurs autonomes, les intermédiaires sont une réalité incontournable. Que ce soit des entreprises d’impartition dans le secteur des T.I., les intermédiaires qui agissent comme courtier en traduction, la sous-traitance entre travailleurs autonomes ou auprès d’entreprises; ce sont autant d’exemples où le travailleur autonome ne réalise pas nécessairement le travail directement auprès du client final. Vous, en tant que travailleur autonome, est-ce qu’une grosse partie de votre chiffre d’affaires passe par un intermédiaire? Vous n’êtes pas seul. En effet, 65% des répondants disent avoir réalisé au moins une partie de leurs mandats via un intermédiaire au cours de la dernière année.

Seulement 32% des solos disent ne pas avoir utilisé d’intermédiaire pour l’année 2010. Environ 64% affirment que les revenus générés avec l’aide d’intermédiaires représentent pour moins de 25% de leur chiffre d’affaires. Par contre, 10% des répondants déclarent que la totalité ou la presque totalité de leur facturation est réalisée via un intermédiaire.

Intermediaires

En parallèle, on constate que 40% des travailleurs autonomes interrogés ont sous-traité un ou des mandats à d’autres travailleurs autonomes.

sous-traitance

Clients

Le travailleur autonome montre souvent sa vulnérabilité par le nombre de clients avec qui il travaille. On considère généralement qu’un solo ayant trop peu de clients se met à risque; tout comme si l’un de ses clients représente une part trop grande de son chiffre d’affaires.

Les risques associés à cette situation sont principalement la dépendance envers ces clients, la difficulté de négocier les honoraires correctement, et bien sûr les conséquences funestres de la perte de ces trop précieux clients. Qui ne connaît pas dans son entourage des travailleurs autonomes qui ont perdu du jour au lendemain 50% de leur chiffre d’affaires juste en perdant un seul client?

Outre certaines catégories particulières de travailleurs autonomes qui font de l’impartition à temps complet pour un nombre très limité de clients avec de bons honoraires (comme par exemple, en TI), les solos, comme n’importe quelle entreprise, doivent généralement éviter ce type de vulnérabilité.

Pourtant, 50% des répondants affirment que leur client principal compte pour plus de 40% de son chiffre d’affaires. Pour 11% des répondants, le client principal représente plus de 95% du revenus.

En terme de nombre de clients, 32 % des répondants disent n’avoir que 4 clients au moins. Seulement 33% affirment avoir eu plus de 10 clients durant l’année 2010.

Et vous, vous sentez vous vulnérables et dépendants face à vos clients?

client principal

nbr clients

Une réponse à Travailleurs autonomes et revenus: un 1er tour d’horizon

  1. Vincent 12/12/2011 at 13:09 #

    Bonjour,

    Lorsque vous mentionnez “combien de clients différents” j’imagine que vous voulez parler de clients actuels/nouveau?
    De plus, aviez vous ici un gains minimum pour que le client soit considéré à la question 20?

    Petite correction à votre texte: 2 % des répondants disent n’avoir que 4 clients au moins. “ou moins”.

Laisser un commentaire