Comment calculer son taux horaire?

Combien dois-je demander à mes clients pour exécuter les travaux pour lesquels je suis mandaté? Comment établir la valeur de mes honoraires? Voilà des questions auxquelles tout professionnel indépendant doit faire face qu’il soit un professionnel établi depuis longtemps ou qu’il se questionne sur la pertinence de se lancer à son compte.

La première étape sera de faire le tour de vos contacts professionnels afin de connaître les honoraires en vigueur dans votre secteur. Cette information sera un repère incontournable. Mais l’état du marché et le « tarif de la concurrence » ne doivent pas être vos seuls repères.

Si vous désirez bien vivre de votre travail et avoir du plaisir dans votre profession, vous devrez vite comprendre qu’il y aura toujours quelqu’un moins cher que vous, et que ce n’est surtout pas les contraintes budgétaires de votre client qui doivent vous dicter votre valeur. Ce n’est pas tout d’être compétitif, vous devrez aussi apprendre à définir votre valeur, à établir votre objectif de revenu… et à travailler pour défendre et prouver votre valeur.

Pour bien réussir, vous devrez donc bien fixer quels sont vos objectifs de revenus et prendre les moyens pour réaliser ces objectifs.

Outil de calcul

Comme tout autre type d’entreprise, même si vous êtes seul, vous devez évaluer l’ensemble de vos dépenses professionnelles et frais d’exploitation, y compris votre rémunération personnelle et le profit souhaité. Et comme toute entreprise, vos revenus doivent être supérieurs à vos dépenses… sous peine de devoir couper quelque part. Et pour le professionnel indépendant, la première place où on coupe, c’est dans son niveau de vie.

Nous avons séparé l’outil en 3 blocs : vos dépenses personnelles, vos dépenses d’exploitation, votre productivité. Il est bien évident que chacun de vous est un cas particulier, et que cet outil ne couvre pas tout. Ce sera à vous de l’adapter à vos besoins.

1) Vos dépenses personnelles
Il s’agit ici de regrouper toutes vos dépenses personnelles et familiales dont vous avez la charge. Il est important de bien évaluer vos besoins financiers personnels, si vous ne voulez pas voir votre niveau de vie baisser. Prenez le temps de bien les évaluer. Ajoutez dans « autres», tous les frais que vous avez qui ne sont pas identifiés par les champs.

2) Vos dépenses d’exploitation
Il s’agit de calculer l’ensemble des dépenses reliées à votre entreprise (oui, oui, que vous êtes incorporé avec employés ou simplement un travailleur autonome, c’est pareil, vous êtes une business). Doivent être calculés vos frais si vous avez des emprunts (ou autres obligations) auprès d’institutions financières.

3) Votre productivité
Ce bloc est très important. Il s’agit souvent de la zone la plus obscure des professionnels indépendants. Parmi tout le temps de travail consacré au travail, vous devrez être en mesure d’établir la portion facturable. Dans une année, vous avez les semaines de travail, les périodes de vacances et de congé, quelques journées de maladies. Ce qui vous donnera un certain nombre de journées de travail. Mais dans votre journée de travail, ce ne sont pas toutes les heures de travail qui seront facturées au client. Selon chacun, le taux pourra varier considérablement : 25%, 50%, 75%. Ce taux fait une différence énorme dans votre rentabilité. Plus le nombre d’heures facturées sera élevé dans une semaine de travail, plus vous serez rentable et compétitif. Et vous aurez toujours le plus grand intérêt à accroître votre temps facturable, quitte à déléguer certaines tâches (ex. la comptabilité) pour maximiser votre temps.

Calculer
NOTE:

  1. Le calcul se fait sur une base annuelle. Indiquez les dépenses ou informations reflétant le mieux une année complète, sauf avis contraire.
  2. Pour faire un calcul le plus fidèle possible, indiquez toujours le montant qui correspond à votre part dans la famille. Ainsi, si dans la famille, vous séparez l’ensemble des dépenses familiales, il serait préférable d’indiquer ce qui corrspond à votre part.

I- Vos dépenses personnelles
Loyer-hypothèque
Tout ce qui est lié à votre habitation, y compris les taxes municipales et scolaires

Frais de subsistances
Nourriture bien sûr, mais aussi toutes vos dépenses familiales régulières

Déplacement / automobile
Votre part des frais location ou d’achat pour l’automobile ainsi que vos cartes de train ou de transports en commun

Loisirs
Vos sorties, vos livres, vos hobbies, votre centre sportif, le hockey de votre garçon, etc.

Voyages-vacances
Toutes les dépenses liées à vos vacances annuelles, congés et sorties familiales

Assurances personnelles
Toutes vos assurances

Compte retraite-REER-Épargne
Ça aussi vous devez le budgeter. Attendez pas trop tard pour mettre de l’argent de côté

Impôts-acomptes provisionnels
Montant estimé ou provisionné pour vos impôts à payer

Autre
Toutes les autres dépenses régulières ou exceptionnelles. Vous pouvez même inclure ici une provison pour les imprévus.

Total des dépenses personnelles :
0$
2- Vos dépenses d’exploitation
Bureau – location et entretien
Tous les frais liés à votre bureau si vous avez un espace à l’extérieur de votre maison, donc qui n’apparaissent pas dans vos frais d’habitation

Déplacement et voyages
Les frais de déplacement et voyage pour vos affaires

Ordinateurs, logiciels, équipements
Toutes les sommes que vous dépensez en moyenne par année pour votre équipement informatique

Formation, conférences
Tous vos frais de veille et formation continue

Communication
Frais de téléphone, cellulaire, site Web, etc.

Assurances
Vos assurances professionnelles

Honoraires professionnels
Dépenses effectués auprès d’autres professionnels: avocat, comptable, pigiste, etc.

Coût d’opération du bureau
Tous les autres frais liés au maintien de votre place d’affaires

Promotion développement des affaires
Frais de vente, représentation, réseautage, associations professionnelles, etc.
Autre
Tout le reste…

Profit que vous aimeriez dégager
Indiquez votre objectif de profit. Quand à vouloir faire un profit, aussi bien le budgeter.

Total des frais d’exploitation :
0$

3- Votre productivité
Jours de travail par semaine
Indiquez le nombre de journées consacrées au travail par semaine (donc entre 1 et 7)
Vacances
Évaluez combien de journées vous prévoyez être en vacances par année

Congés
Précisez le nombre de journées pour lesquelles vous ne serez pas disponible pour travailler. Ex.: les congés fériés.
Provision pour maladie
Prévoyez quelques journées où votre grippe vous empêchera de travailler ou les oreillons de votre petit dernier

Nombre de jours disponibles pour travailler durant une année :
Combien d’heures de travail par jour
Indiquez le nombre total d’heures de travail que vous faites. Clients, veille, recherche, comptabilité, déplacement, etc…
% de temps facturable
Indiquez le pourcentage moyen de votre temps de travail qui est facturable à vos clients. Exemple, si env. 60% du temps est facuré à l’un ou l’autre de vos clients, indiquez 60.

4- Votre taux horaire

00,00$
Le taux calculé correspond au seuil tarifaire minimal que vous devriez utiliser pour atteindre vos objectifs de revenu.

22 réponses à Comment calculer son taux horaire?

  1. Dorianne Deshaies 23/10/2009 at 11:53 #

    J’utilise depuis plusieurs mois un logiciel web pour suivre mon temps facturable et non facturable. Intuitif à souhait, on l’adopte dès la première utilisation. À la fin du mois (ou quand on veut) on peut connaître le temps passé sur chaque projet et sur les tâches connexes comme le développement des affaires. On peut également s’en servir pour générer les factures, ce que je ne fais pas encore. Le support technique est super donc pas de souci de ce côté. Ils offrent l’essai 30 jours sans frais.

    http://www.getharvest.com/?r=23e820

  2. Maxime Alexandre Trudel 30/10/2009 at 10:49 #

    Un sage ébéniste a dit : « Le clou vaut 1 $. Savoir où le planter ça vaut 99 $… »

    Cela fait plusieurs mois que je suis pigiste et c’est la partie que l’on déteste le plus. C’est vrai que c’est difficile à calculer. Moi personnellement je suis le marché le plus possible.

    Le piège, à ne pas tomber, est de ne pas charger assez pour ce que l’on vaut. Je m’explique :
    Habituellement, on a un edge ou quelque chose que les autres ne peuvent pas offrir. Le prix est en fonction de cela. Car il va toujours y avoir des prix plus bas. Par exemple si vos clients veulent des sites web ils peuvent toujours se tourner vers drupal ou joomlà qui sont gratuit…

    Aussi, vous ferez un travail que vous n’appréciez pas, car vous savez que vous valez plus que cela.

    Finalement, attention au rabais. Puisque le rabais est une preuve que vous dénigrez votre travail. Vous pouvez donner un rabais à un client récurent, pour sa fidélité, mais dès le départ cela donne l’impression que vous êtes désespéré pour avoir le contrat, que votre travail ne vaut pas le prix demandé et encore pire cela mine votre crédibilité, car il croit que vous vouliez le cro%%#$%#.

    Donc, penser au charpentier… Et si votre client vous quitte, car il trouve que vous charger trop cher, dans la plupart des cas c’est un mauvais client.

  3. Brigitte Ayotte 03/11/2009 at 12:20 #

    Malheureusement, on voit beaucoup de graphistes en ce moment qui baissent leurs prix de façon EXCESSIVE pour avoir les contrats. Résultats? Le prix du marché baisse et les clients s’attendent à avoir du travail de qualité, rapidement, mais en payant des pinottes.

    Curieusement, le prix du panier d’épicerie augmente d’année en année et les prix du marché du graphisme baissent de plus en plus.

    Ceux qui font cela se tirent une balle dans le pied en chargeant des prix ridiculement bas car vous devrez travailler deux fois plus. Ce n’est pas non plus parce que vous sortez de l’école que vous ne valez pas un tarif horaire raisonnable.

  4. Louise Lapointe 03/11/2009 at 12:41 #

    Bravo, très intéressant et rationnel. Pour ceux et celles qui aimeraient approfondir le sujet, il y a le livre que j’ai particulièrement aimé de Marc Chiasson et de Marie Brouillet, aux éditions Transcontinental : Comment facturer mes services. Comment négocier, faire face aux situations délicates, offrir nos services plus habilement…

    Louise Lapointe

  5. Normand Calvé, MBA, CGA 03/11/2009 at 12:50 #

    Évidemment les frais d’exploitation et la productivité sont les deux principaux paramètres du calcul tel que présenté précédemment.

    Les dépenses personnelles sont quant à elles, davantage reliées à l’objectif personnel des revenus visés que du montant des honoraires pouvant être obtenus et ce selon le marché desservi. Il est donc important de connaître nos concurrents et l’industrie dans laquelle nous sommes impliqués.

    Une méthode simple cependant pour donner au moins une idée de ce qu’il est raisonnable de demander est de voir la tarification ou le salaire horaire alloué à un employé d’une entreprise du même secteur (cette évaluation est pertinente particulièrement dans le domaine des services). À ce montant il sera important d’y ajouter un minimum de 50% à 65% afin de couvrir les avantages sociaux et obtenir une marge de profit.

    Bien entendu, dans le cas d’une entreprise ou l’investissement en capital (par exemple des équipements) il sera important d’y ajouter également le coût y afférent afin d’assurer une rétribution raisonnable pour nos services.

    Au plaisir

  6. Frédéric Gaudry 03/11/2009 at 13:22 #

    Je suis parfaitement d’accord avec l’idée qu’il faille maintenir son tarif auprès de la clientèle et ce, même dans le milieu de la réalisation. Chacun de nous possède une qualité, un style qui lui est propre. Respectez-vous !
    Sinon, essayez plus tard de redresser votre prix, on vous demandera de justifier votre ajustement.

    J’irais même jusqu’à proposer un ajustement à la hausse dans une proposition d’affaire – comme en tenant compte des imprévus par exemple. Ainsi, vous augmentez la chance de faire une surprise à votre client si le travail est moins long que prévu. D’autre part, cela vous donne un coussin pour éviter de la frustration.

    Lorsque mon garagiste m’annonce que le travail qu’il a fait me coûte moins cher que ce qu’il a évalué, il me fait une belle surprise et par le fait même, me prouve son intégrité !

  7. Alengry 03/11/2009 at 16:07 #

    Bonjour Yves,

    C’est intéressant. Mais il ne faut pas oublier que c’est le marché qui fait les prix. Particulièrement si l’offre de service est abondante.

  8. Jessica 06/11/2009 at 17:39 #

    Bonjour,

    Avez-vous des trucs pour calculer le tarif à la page lorsqu’on fait un livre ou un magazine en tant que graphiste?

    Merci!

  9. Patrick Désaulniers 23/11/2009 at 21:49 #

    Intéressant tout ça, mais je suis pas tout à fait d’accord avec l’histoire du « rabais ». C’est prouvé de ne sait combien de domaine et ça fait partie des stratégies « marketing ». Le fait de dénigrer est . sur un refus du client .. de refaire une contre-offre à la baisse. ça c’est nuisible, mais le fait d’offrir un pourcentage pour favoriser le « closing » est en général bénéfique.

    Exemple: Donner un % sur un projet si l’entente contractuelle est signé avant telle date etc…

    Ça assure d’avoir de l’ouvrage assez rapidement , plutôt qu’attendre des fois des semaines avant d’avoir des nouvelles et même souvent ils ne le diront pas mais bien des projets seront soit reportés ou carrément à l’eau.

    Mieux vaut tard 200$ de moins que faire 0$ dans bien des cas.

  10. Francois Nadeau 31/12/2009 at 13:13 #

    Bonjour,
    suite à vos multiples messages sur ce sujet je n’est pu m’abstenir de ne pas commenter. J’ai mon entreprise depuis 2 ans, et souvent des clients m’appelle en cherchant une solution Web efficace, rapide mais de qualité. Cependant, la plus part du temps ils penses qu’un site Web vos entre 200$ et 1000$. Je crois fortement que les entreprises qui coupe et re coupe leurs prix sont en ce moment, entrain de tuer le marché et de mettre un % de base de prix pour les futurs clients.

    Ce qui veut dire, par le bouche à oreille, un client qui à réussie à ce faire faire un site Web quand même potable, à un prix vraiment médiocre, passe le message à sont collègues, c’est associé(e)s etc… et ainsi de suite. Donc, selon moi, plus que le temps avance les entreprise auront de la misère à obtenir le prix qui leur est juste mais seulement 10% d’entre eux pourront survivre à vendre des sites Web de qualité à leur prix juste car le monde veulent du: beau, bon et pas cher.

    Moi et mes collègues, gardons notre taux horaire, juste et de manière honnête pour pouvoir continuer à nous faire vivre et notre entreprise. Notre taux horaire est justifié par notre qualité d’application et de notre travail. Donc, chaque entreprise, ce justifie lui même par sont taux horaire.

    Que pensez-vous des entreprises comme: Fantasy Interactive( http://www.f-i.com) et 2Advanced Studio ( http://www.2advanced.com )

    Ils ne ce fit pas aux prix des autres, mais plutôt, à leur propre prix et savent que leurs produits sont justifiables et valent la qualité accordé à ceux-ci.

  11. Bernard Boire 06/04/2010 at 14:29 #

    Ajouter 50 à 65% au salaire pour un emploi comparable. Il faut, au minimum, doubler ce salaire. Pour faire vite, avec des chiffres ronds, prenez le salaire (pour couvrir les dépenses personnelles de l’article), divisez par 2000 (hrs annuelles) et multipliez par 2 (pour couvrir tout le reste: les bénéfices, les frais d’exploitation…et les heures non facturables).
    Je ne crois pas non plus (sauf cas exceptionnel) qu’il vaut mieux avoir 200$ que 0$. »Une fois que vous aurez chargé un prix à rabais à un client il vous sera impossible de revenir à votre prix normal. Le dicton est donc vaut mieux 0$ cette fois (et 400$ les autres fois) que 200$ tout le temps!!!

  12. Stéphane Aubry 14/06/2010 at 10:40 #

    Comment évaluer la facturation ?

  13. Isabelle Limoges 08/07/2010 at 03:37 #

    (suite et fin de mon message précédent).

    L’article ainsi que les commentaires sont très intéressants !
    Je les ai retwittés: @sodil

  14. Isabelle Limoges 08/07/2010 at 03:39 #

    Bonjour !

    Merci pour cet article. Je crois que la formule que vous proposez est inspirée fortement du livre suivant:

    Profession : consultant, 4e édition
    Auteurs : Robert Lescarbeau | Maurice Payette | Yves St-Arnaud
    ISBN10 : 2891058240
    ISBN13 : 9782891058247
    Code produit : 824X
    Éditeur : Gaëtan Morin
    Copyright : 2003
    Nombre de pages : 352
    Prix : 55,95 $ CAN

    La notice du livre peut être consultée sur Internet, en cherchant sur le site de l’éditeur Chenelière.ca .

    Livre fascinant.

  15. Bernard Prince 11/08/2010 at 12:24 #

    À cela il faudrait rajouter une méthode pour aider à évaluer le montant d’une soumission. Même si on calcule bien son taux horaire, une mauvaise évaluation du temps requis peut finir par couter cher.

    Ceci dit, pour y arriver il faut d’abord bien connaître ses ressources, bien se connaître, et surtout être franc envers soi-même!

  16. Gisèle Gauthier 01/09/2010 at 15:20 #

    Mon opinion est que notre taux horaire est la valeur de notre travail accompli, point à la ligne.
    Je forme des employés sur les logiciels comptables et monte des bases de données et lorsque je vois 1 micro entreprise qui veut se mettre à la page, et aller de l’avant, j’offre une escompte sur l’ensemble du travail d’installation de l’entreprise, mais je spécifie qu’il s’agit d’un +, car le taux horaire est non négociable pour le travail à faire hebdomadairement.

    Mes clients m’apprécient énormément car je donne un travail méticuleux et les subventions gouvernementales sont très rares sinon nulles pour aider un petit entrepreneur à s’informatiser.
    gisèle

  17. Danye 03/09/2010 at 05:18 #

    Tellement vrai Gisèle. Je travaille aussi auprès de petites entreprises en démarrage et contrairement à ce que les organismes de développement locaux affirment, il y a très peu d’aide financière pour eux, dans certaines régions surtout.

    Je ne ramène pas mes mandats à l’heure: ce serait décourageant! J’y vais plutôt sur une base de mandat en me disant qu’il s’agit d’une relation à moyen ou long terme, du moins je l’espère! Généralement, le petit entrepreneur apprécie avoir quelqu’un qui l’accompagne en respectant ses ressources.

  18. Anne-Sophie Antoine
    Anso 12/10/2010 at 09:25 #

    J’ai trouvé votre article très pratique, moi qui ne suis pas très forte pour ce genre de choses, merci!

  19. François Thériault 24/03/2011 at 16:00 #

    Trés intéresant ces calculs et méthodes pour évaluer la ‘vraie’ et juste valeur de nos interventions auprès des clients. Cependant il peu parfois être très difficile de ‘maintenir’ le prix et ce même avec plus de 28 années d’expérience.

    Je m’explique., dans mon domaine, le design d’ameublement résidentiel,commercial et institutionnel, et bien le nombre de manufacturiers encore en service (surtout dans le domaine résidentiel) au Québec, au Canada diminue de façon dramatique depuis des années (conséquence, entre autre chose, de l’importation massive d’ameublement fabriqué an Asie,).et bien cette situation n’ira jamais en s’améliorant car en effet les gros joueurs comme Meubles Laurier, Baronet, Shermag, Roy & Bénot,Carrier,Meubles Drouin,etc., (la liste est longue) qui étaient en affaire depuis des générations,et bien ils ne reviendront jamais sur le marché.,alors que le nombre de designer/créateur lui ne cesse d’augmenter à chaque année (formation en design à Université,Formation en technique de design industriel dans plusieurs Cegep,formation en design d’intérieur,). ce qui donne aux manufacturiers encore en affaire,, un très grand choix de créateurs,qualitifés, avec plus ou moins d’expérience pour certains,mais quand même capable de répondre à une demande, et ce à un prix difficile à ‘battre’ pour quelqu’un comme moi qui possède plus de 25 années d’expérience. En fait, avec la fermeture définitive de certains de mes bons clients,et bien mon chiffre d’affaire à diminuer de 65% depuis 3 ans.,et ce n’est pas faute d’avoir essayé de compenser ces pertes.,mais le marché de l’ameublement au Québec n’a plus ‘l’énergie’ des bonnes années.,et ceux qui restent ont le choix ou bien ils ont une personne à l’interne et ils n’ont pas comme habitude (ou culture.,) de faire affaire avec des pigistes.
    Et ce n’est pas facile de convaincre un chef d’entreprise habitué à avoir tout son monde sous la ‘main’,de faire affaire avec un pigiste situé parfois des centaines de kilomètres plus loin.,.

    Donc, il faut parfois mettre pas mal ‘d’eau dans son vin’ pour arriver à décrocher un contrat.,et c’est sur ce point que je ne suis pas tout à fait d’accord avec ceux qui disent que le fait de ‘baisser’ son prix (à forfait ou à l’heure.,) donne l’impression de dénigrer son travail.,alors que pour moi (bien sur, ces propos sont personnels.,) c’est simplement la triste conséquence de l’offre et de la demande du marché.,à prendre ou à laisser., Et parlant d’offre et de demande, et bien si les consommateurs n’avaient pas si rapidement pris goût aux offres des détaillants pour des produits fabriqués en Asie ,en Inde, au Mexique,ou ailleurs dans le monde ou les conditions de travail sont impossibles., et bien, plusieurs des gros fabricants de meubles au Québec seraient encore en affaire.,mais ca., c’est un autre débat. Au moins on peu se consoler en se disant que l’augmentation du prix de $ et du $ de la main d’oeuvre en Asie font en sorte que l’importation de produits par container est de moins en moins intéressante (les produits,dans le domaine du meuble tout au moins, s’approche de 50% du prix du Q).,mais il est quand même trop tard pour plusieurs fabricants.,c’est des générations de savoir faire (le Québec était reconnu comme la province du meuble au Canada.,) qui maintenant se cherche un autre travail.,

  20. Alexandre LACORE 30/11/2011 at 17:09 #

    tres pertinant même si pour nos free lancés français j appliquerais un coefficient de 1,33 pour tenir co’pte des charges sociales
    Alex

  21. Chantal 05/01/2012 at 09:20 #

    Comment procédez-vous pour évaluer une hausse annuelle pour un client récurrent?

    Merci

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’horaire type du solo - 24/02/2010

    [...] peu à la manière du contrat type et de la calculette du taux horaire, l’horaire type doit être vu comme un outil macro. Un outil général que vous devez adapter [...]

Laisser un commentaire